Tag Archives: Sport

Skateboard für arme Kids in ADDIS ABEBA – ÄTHIOPIEN / ÉTHIOPIE: skateboard pour les jeunes défavorisés

Äthiopien: Skaten erobert und nach die mit Schlaglöchern übersäten Straßen von Addis Abeba
2015.04.28 11:00 – Von Karim Lebhour – AFP
Slalomfahrend inmitten der chronischen Staus und des anarchischen Verkehrs, von den kaputten Bürgersteigen springend, erobern junge Skateboarder allmählich die Straßen von Addis Abeba, wo das Skateboard bisher ein unbekanntes Gerät war. Mit Unterstützung von Praktizierenden auf der ganzen Welt, darunter amerikanischen Profis, versucht eine Handvoll Enthusiasten, diesen Sport für benachteiligte Jugendliche zu entwickeln. Eine Möglichkeit, Momente der Flucht und des Vergnügens bieten, aber auch, um sie auf dem richtigen Weg, weg von der Straffälligkeit, zu halten.
AUF DEUTSCH (VON MIR VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITERLESEN UNTER DEN FOTOS UNTER DEM FRZ. ORIGINAL

=> SIEHE AUCH – VOIR AUSSI Arme Kids & Improvisation: Skateboard in MADAGASCAR – les skateurs de Tana, champions de la bricole

Ethiopie: le skate investit peu à peu les rues défoncées d’Addis Abeba
28.04.2015 à 11:00 – Par Karim LEBHOUR – AFP
Slalomant au milieu des embouteillages chroniques et d’une circulation anarchique, sautant des trottoirs défoncés, de jeunes skateurs investissent peu à peu les rues d’Addis Abeba, où le skateboard était jusqu’ici un engin inconnu. Soutenus par des pratiquants du monde entier dont des professionnels américains, une poignée de passionnés tente de développer ce sport auprès des jeunes démunis. Une façon de leur offrir des moments d’évasion et de plaisir mais aussi de les garder dans le droit chemin, hors de la délinquance.

Des skateurs près du Musée national, à Addis Abeba, le 12 mars 2015
Skater in der Nähe des Nationalmuseums in Addis Abeba
Des skateurs près du Musée national, à Addis Abeba, le 12 mars 2015
afp.com – Zacharias Abubeker

Continue reading Skateboard für arme Kids in ADDIS ABEBA – ÄTHIOPIEN / ÉTHIOPIE: skateboard pour les jeunes défavorisés

Trinkwasser: Afrikanerin punktet auf PARIS MARATHON: une Gambienne y défend l’accès à l’eau

MINIDOSSIER Weltwasserforum 2015 – Forum international de l’eau
La Gambienne Siabatou Sanneh lors du marathon de Paris, le 12 avril 2015. - AFP PHOTO - THOMAS SAMSO
Siabatou Sanneh aus Gambia trägt bei Marathon Wassergefäß auf dem Kopf
La Gambienne Siabatou Sanneh lors du marathon de Paris, le 12 avril 2015. – AFP PHOTO / THOMAS SAMSON
ZITAT: “In Afrika durchlaufen Frauen jeden Tag diese Strecke – für trinkbares Wasser!”

Kapitel per Klick Öffnen/Schließen — Ouvrir/ Fermer en cliquant sur les tîtres

Trinkwasser: Gambierin setzt bei Pariser Marathon Zeichen LESEN
Paris (AFP) – 12/04/2015
Mit einem Wassergefäß auf dem Kopf ist eine Gambierin beim Pariser Marathon an den Start gegangen. Siabatou Sanneh wollte damit auf den weiten Weg aufmerksam machen, den viele Afrikanerinnen auf der Suche nach Trinkwasser laufen müssen. “In Afrika legen Frauen jeden Tag diese Entfernung für Trinkwasser zurück”, sagte Siabatou Sanneh. Mit ihrer Aktion wolle sie um Hilfe dafür bitten, diese Entfernungen zu verringern. Die etwa 40-jährige Frau verließ erstmals ihr Land im Westen Afrikas, um beim Marathon in der französischen Hauptstadt ihre Botschaft in die Welt zu tragen.
Mit der Aktion, die zeitgleich zum Auftakt des 7. Weltwasserforums im südkoreanischen Daegu stattfand, will die britische Hilfsorganisation Water for Africa Spenden für den Bau von Wasserpumpen in Siabatou Sannehs Heimatdorf Bullenghat und anderen Orten sammeln. Laut der Gründerin der Organisation, Sheryl Greentree, geht es bei der Aktion auch darum, den Kontrast zwischen dem Wohlstand von Paris und der Armut von Afrika zu zeigen. Demnach hat ihre Organisation in Gambia bereits den Bau von 120 Wasserpumpen zum Preis von je 4900 Euro finanziert.
Weltwasserforum: Wasser ist das “Risiko Nummer Eins” LESEN
Deutsche Welle 12.04.2015 http://www.dw.de/faktor-wasser/t-17497732
Warnungen vor einer “Wasserkrise” mögen uns Nordeuropäern seltsam erscheinen. Tatsächlich sind solche Sorgen durchaus begründet. Denn sauberes Trinkwasser wird zur knappen Ressource.
Mehr als 70 Prozent der Erdoberfläche ist von Wasser bedeckt. Aber nur 3,5 Prozent der irdischen Wassermenge ist Süßwasser – und nur ein Bruchteil davon liegt als Trinkwasser vor. Es ist hilfreich, sich diese Dimensionen hin und wieder vor Augen zu führen. Dann wird auch verständlich, warum die Naturschutzorganisation WWF international verbindliche Abmachungen zur Bewältigung der Wasserkrise fordert. Joern Ehlers vom WWF Deutschland nennt “die Wasserkrise eine der aktuell größten Herausforderungen der Menschheit” und verweist dabei auf die Dürren in Brasilien, Kalifornien und Taiwan.
“Sorgfalt und Weisheit” im Umgang mit Wasser
Das siebte Weltwasserforum, die größte Konferenz zu diesem Thema, hat in Südkorea mit einem dringlichen Appell zum besseren Umgang mit der kostbaren Ressource begonnen. Zwar hätten seit 1990 rund 2,1 Milliarden Menschen “einen besseren Zugang zu Trinkwasserquellen” gefunden, sagte in Daegu der Vorsitzende des Weltwasserrats, Benedito Braga, vor Hunderten von Delegierten aus aller Welt. Doch die Welt verändere sich rasch und Wasser sei das “Risiko Nummer eins”, was die Auswirkung in der globalen Gesellschaft betreffe.
Braga forderte mehr “Sorgfalt und Weisheit” mit der wichtigen Ressource Wasser. Durch das Bevölkerungswachstum, den Bedarf nach unterschiedlicher Verwendung sowie den Klimawandel erhöhe sich der Druck auf die Ressource Wasser, heißt es vor Beginn des sechstätigen Kongresses. Diese Themen würden auch Schwerpunkte während des Forums sein. Der Weltwasserrat, der das alle drei Jahre stattfindende Forum ausrichtet, ist eine überregionale Organisation. Mitglieder des Rats mit Sitz in Marseille sind zahlreiche Behörden, Städte, Institutionen, Industrieverbände, Unternehmen und andere nicht-staatliche Organisationen weltweit.
rb/cw (dpa, dw, epd)
Die DW-Redaktion empfiehlt
=> UN fordern zum Wassersparen auf
Der Druck auf die weltweiten Wasserressourcen wächst, deshalb müssen Menschen und die Industrie künftig sparsamer damit umgehen. Das ist das Fazit des neuen Weltwasserberichts der UNESCO.  
In Afrika fehlt die Wasserinfrastruktur immer noch schmerzlich LESEN – (Update 18.04.)
17/04/2015 15:30 – Von Marie Heuclin in Paris mit Giles Hewitt in Daegu – AFP
Sicherstellung des Zugangs zu trinkbarem Wasser und zu Sanitärem ist immer noch eine Herausforderung in Afrika, wo viele Länder noch immer unter einem Mangel an Infrastruktur leiden, aber vor allem dem Mangel, um sie zu finanzieren, sagen Verantwortliche des Kontinents auf dem Forum Weltwasser in Daegu, Südkorea.
“Afrika hat eine Menge Wasser, aber kein Wasser zu trinken”, fasst Mohamed El-Azizi, Wasser- und Hygiene Direktor bei der Afrikanischen Entwicklungsbank, zusammen.
Auf diesem Kontinent mit starkem Bevölkerungs- und Wirtschaftswachstum hatten 36% der Bevölkerung keinen Zugang zu einer qualitativen Wasserquelle Ende 2012, nach dem 2015 UN-Bericht über Wasser.
Praktische Folge: in fast der Hälfte der städtischen Haushalte und 90% der Haushalte auf dem Land ist der Zugang zu Wasser ein Zwang, der an eine Person im Hause übertragen wird.
Man muss sich zu einem Brunnen oder einer Pumpstation bewegen, oder “Wasser von Straßenhändlern oder mobilen Tanks kaufen (…), und den Preis bezahlen, den die wollen”, klagt Tim Brewer von der NGO Water Aid.
Auf dem Paris-Marathon am vergangenen Sonntag SIEHE DIE ANDEREN KAPITEL
Die Situation ist noch schlimmer für Sanitäres: 70% der Bevölkerung sind ohne Zugang zu einem verbesserten System (in die Kanalisation spülen, Klärgrube, WC mit Deckel, etc).
Zusätzlich zu den Schäden an der Umwelt durch Ableiten der Wasserabfälle direkt in die äußere Umgebung, bringt das erhebliche gesundheitliche Probleme.
Die Water an Sanitation Foundation for Africa (EAA) schätzt, dass 70% der Krankenhausbetten in Afrika von Menschen belegt sind, die an vermeidbaren Krankheiten aufgrund von Wasserqualität leiden.
Fehlender Zugang zu Wasser ist eine wichtige Forderung der Bevölkerung, wie in Südafrika, wo der Wahlkampf im Jahr 2014 von Protesten in den Slums vor allem gegen die mangelnde Wasserversorgung begleitet worden war.
– 40 Milliarden Dollar pro Jahr –
Für den ganzen Kontinent hat die Agentur für Unternehmensförderung in Afrika (Adea) vor kurzem die notwendigen Investitionen im Wassersektorbei 40 Milliarden Dollar pro Jahr in den nächsten Jahren geschätzt.
Und das ist der Haken, vor allem im Bereich der sanitären Einrichtungen.
Die Millenniums-Entwicklungsziele für das Jahr 2015 (MDG) der Vereinten Nationen aus dem Jahr 2000 forderten Halbierung der Menschen ohne Zugang zu sanitärer Grundversorgung.
“Afrika ist enorm im Rückstand. Nicht mehr als sechs Länder werden ihre Ziele in diesem Bereich am Ende des Jahres erreichen, und diese Verzögerung ist mit dem Umfang der Investitionen im Zusammenhang”, sagte der senegalesische Mahmadou Dia, Präsident von Aquafed, dem internationalen Verband der privaten Betreiber von Wasserdienstleistungen.
Das Budget allein des Projekts Regenwasserdrainierung von der Stadt Yaoundé in Kamerun ist bei mehr als 100 Millionen Euro.
Die Staaten verfügen in der Regel nicht über die Ressourcen, um selbst zu investieren, und private Investoren zögern, dies direkt zu tun, ohne die Unterstützung und der Garantie der multilateralen Organisationen wie der Weltbank und der öffentlichen Entwicklungsbanken.
In Yaounde wird die Französische Development Agency daher mehr als die Hälfte des Projekts finanzieren in Form eines Darlehens an den Staat von Kamerun.
Aber sobald das Projekt abgeschlossen ist, sind die Probleme noch nicht vorbei.
“Es geht nicht nur darum, den Bau von Infrastruktur zu finanzieren, sondern auch deren Wartung”, sagt Josephine Ouedraogo Baro, Hygiene-Direktorin im Ministerium für Wasser in Burkina Faso.
“Manchmal kommen die auf nationaler Ebene entschiedenen Finanzierungen nicht auf der lokalen Ebene an. Es ist wichtig, sicherzustellen, dass die finanziellen Mittel und Investitionen die lokalen Gemeinschaften erreichen”, betont sie.
© 2015 AFP
Marathon: une Gambienne court avec un bidon sur la tête pour défendre l’accès à l’eau LIRE
AFP, 12/04/2015 à 15:16
Elle porte le dossard n°64173, qu’elle a fixé sur sa tenue traditionnelle. Siabatou Sanneh, Gambienne âgée d’une quarantaine d’années, a pris dimanche 12 avril le départ du marathon de Paris, en marchant, un bidon d’eau sur la tête. Son but: sensibiliser l’opinion publique aux problèmes des kilomètres que de nombreux Africains doivent parcourir pour pouvoir accéder à l’eau.
Chaussée de simples sandales, la marcheuse porte son message sur des pancartes: «En Afrique, les femmes parcourent chaque jour cette distance pour de l’eau potable», «Aidez-nous à réduire la distance».
«Chaque jour, on va chercher de l’eau et c’est très loin», expliquait-elle avant la course à l’AFP, avec l’aide d’une traductrice. Cette femme longiligne a accepté de quitter pour la première fois son pays et de se glisser au milieu des 54.000 coureurs du marathon pour «s’aider elle-même, aider sa famille et son village». «Qu’on les aide à avoir de l’eau, exhorte-elle. Les Africains sont fatigués.»
Le 12 avril, une date clé
Cette participation est hautement symbolique, alors que ce même jour, à Daegu en Corée du Sud, s’ouvre le 7e Forum Mondial de l’Eau, orchestrée par l’ONG britannique Water for Africa. Celle-ci a lancé une campagne de collecte de fonds nommée The Marathon Walker dont le but est de financer des pompes à eau dans des villages africains, dont Bullenghat, où vit Siabatou Sanneh.
L’objectif du périple de Siabatou est aussi de «montrer le contraste entre l’opulence et la beauté de Paris comparé à la pauvreté de l’Afrique», a déclaré à l’AFP Sheryl Greentree, fondatrice de l’ONG. Un puits de pompage coûte 4.900 euros et peut être monté en cinq jours, dit Sheryl Greentree dont l’ONG a déjà financé 120 projets de ce type en Gambie.
Un combat sur plusieurs générations
Siabatou Sanneh doit chercher de l’eau trois fois par jour, accompagnée de ses deux filles de 10 et 4 ans qui ont aussi l’habitude de porter de lourds bidons pour acheminer le précieux liquide, nécessaire «pour boire, pour cuisiner, pour laver les vêtements».
«Depuis que je suis née, j’ai vu mes parents faire ça, je le fais, et je montre à mes enfants», explique-t-elle. Mais parfois, en particulier lors de la saison des pluies, «l’eau n’est pas très bonne et les enfants tombent malades, ont des diarrhées à cause de l’eau».
Selon l’ONG, entre 200 et 300 pompes à eau seraient nécessaires en Gambie pour approvisionner les populations et pallier aux 40 à 60% de puits ou systèmes de pompage qui tombent en ruine.
Ouverture du 7e Forum Mondial de l’Eau envoyé spécial Gabon – LIRE
Corée du Sud : Ouverture du 7e Forum Mondial de l’Eau à Daegu
12 Avril 2015 Par Antoine  NKOLO LAWSON, envoyé spécial http://www.infosplusgabon.com
DAEGU, (Corée du Sud), 12 avril  (Infosplusgabon) –   La  ville coréenne de  Daegu et la  Province de Gyeongbuk accueillent depuis dimanche le  7e  Forum Mondial de  l’eau, le  plus  important évènement mondial  consacré  à l’or  bleu autour du thème : «  De l’eau  pour  notre avenir ». Ce  rendez-vous  planétaire est aussi  le  moment  de trouver d’autres  solutions à la  problématique de l’eau.
 
 En  effet, des  centaines de  participants provenant de 170 pays ont assisté dans  la  ferveur et  la volonté  pour un  nouveau  départ de la gestion de l’eau afin que  ce  secteur vital pour  tous  “renaisse”  durablement au profit  de   l’humanité.
 Déjà  la  veille,  le  long  voyage  plus de 24  heures)  dans  plusieurs avions  qui   transportaient  les  participants au Forum à destination de  la  Corée du Sud,  la pluie tintée d’une  brume  épaisse,  tombait  lors  d’un atterrissage   d’étape  à Hong  Kong. Le  ton  de  la mobilisation  pour  débattre  du  thème  de  « l’or  bleu » était  donné  à quelques heures du  lancement de la  7e édition   du  Forum  Mondial de  l’eau.
 Des  problématiques  diverses  ont été  soulevées à  travers  des  exemples  concrets  dans  plusieurs pays   lors de la  cérémonie  d’ouverture qui  a  vu, entre autres,  la présence de  la  délégation  gabonaise   conduite  par le ministre de  l’Energie et des Ressources  Hydrauliques, M. Désiré  Guedon qu’accompagnait  M. Carlos  Victor Boungou, Ambassadeur de  la  République  gabonaise en Corée  du Sud avec  juridiction sur le Royaume de Thaïlande et les Philippines.
 
 Le  Conseil mondial de  l’eau et la  République de  Corée n’ont  ménagé aucun   effort  pour   rendre  cette  grande  messe de l’eau,  belle et enrichissante car une  importante exposition des professionnels  mondiaux  qui  œuvrent dans le  secteur  Eau  (Assainissement,  infrastructures,  Energie,  biodiversité,  etc.),  a  attiré  dimanche l’attention  des  officiels,  des  professionnels  divers et du  public, tous  sensibles  à  la problématique de  l’eau à travers le monde et en particulier au suivi- évaluation de la responsabilisation pour l’eau dans  le cadre  post-2015 en Afrique.
 
Des  investissements  innovants  pour accompagner de  fortes  décisions  politiques
 
 L’eau est parfois l’objet de conflits frontaliers   à  travers  le monde. Les intervenants  lors de la  cérémonie  d’ouverture  ont passé  au  crible le  financement des  investissements  innovants qui  doivent accompagner de  meilleures  décisions  politiques et  une  part active des  parties  prenantes,   non  sans  oublier la  coopération  globale pour  améliorer les  gestions  transfrontalières de  l’eau.
 
 Aussi, en Afrique, est-il  encore  possible de  renforcer l’éducation et les  capacités des  individus  avec la  mise en œuvre de la gestion intégrée des  ressources. Les gouvernements se  doivent  aujourd’hui et plus que  jamais, de fournir aux  populations  une eau  potable en quantité  suffisante tout en  leur garantissant sa qualité de l’amont à l’aval.
 En outre,  les  gouvernants  et les industriels  devraient s’adapter  au  changement en gérant les  risques et les aléas afin  d’augmenter  la  résilience et la  prévention des  catastrophes.
 
 Pour bâtir des  mécanismes réalisables,  les  Cultures de  l’eau,  la  part de la  justice et  l’équité,  demeurent les  armes de la  gouvernance  efficace que  devraient  s’approprier les  spécialistes de  l’assainissement  dont  le  rôle  est d’aider les pays à  se  doter de services adaptées et une  politique de  gestion durable de  l’eau.
 
 La  présidente de la  Corée du Sud,  Park Geun-Hye, très acclamée lors de  son intervention à la  cérémonie d’ouverture du 7e Forum Mondial de  l’eau n’a  pas  omis qu’il faille relever   les enjeux  de  sécurisation  de  l’eau à  travers le  monde  et  elle a fait  sienne le souhait du Conseil  national de l’eau, une  plateforme internationale  multilatérale,   de  financer des  infrastructures hydriques nécessaires  à  toute  l’humanité.
 Le  7e  Forum  Mondial de  l’Eau qui se  tient en Corée du Sud  au  Centre des Expositions EXCO  du 12 au 17 avril 2015 se  veut  aussi un  rendez-vous de  l’action,   en  prévision des  objectifs   fixés  pour 2030.
 FIN/INFOSPLUSGABON/ANL/GABON 2015
Incontournable: le Forum Mondial de l’Eau huffingtonpost.fr – LIRE
Publication: 10/04/2015 16h12 CEST http://www.huffingtonpost.fr/actualites/international/
eMag SUEZ environnement Du 12 au 17 avril 2015, la Corée du Sud accueille le 7ème Forum Mondial de l’Eau. Organisée tous les trois ans depuis 1997, cette conférence est le plus grand événement sur le sujet, réunissant toute la communauté internationale de l’eau : universitaires, institutions de recherche, entreprises, réseaux professionnels, gouvernements et décideurs, OIG et ONG, ainsi que des représentants de divers domaines tels que l’agriculture, l’alimentation ou l’énergie. Les parties prenantes de 170 pays, toutes réunies avec un seul et même objectif : travailler ensemble pour trouver des solutions communes.
L’EAU, UNE RESSOURCE EN DANGER
De par l’augmentation continue de la population mondiale et l’urbanisation grandissante, les besoins en eau ne cessent de croitre. Sans compter la raréfaction de la ressource en eau, conséquence directe du changement climatique… Relever les défis de l’eau est ainsi devenu l’un des sujets majeurs de notre siècle : l’eau ne doit plus être considérée comme un stock infini mais comme une ressource fragile qu’il faut préserver, protéger, régénérer, sécuriser. C’est dans cette volonté qu’a été créé le Conseil Mondial de l’Eau (CME) en 1996 – une collaboration internationale d’ONG, de gouvernements et d’organisations internationales – et avec lui, le Forum Mondial de l’eau pour dialoguer sur les enjeux liés à la raréfaction des ressources en eau. Aujourd’hui, il s’agit au-delà du dialogue et de l’identification des meilleures pratiques, de procéder à leur mise en œuvre concrète, pour une gestion durable de l’eau.
«L’EAU POUR NOTRE AVENIR »
Tel est le thème choisi pour ce 7ème Forum Mondial de l’Eau dont l’objectif est de lancer la mise en œuvre des solutions qui ont été identifiées au cours de la 6ème édition qui s’était déroulée en 2012 à Marseille, en France. Nécessitant deux ans de préparation en collaboration avec les parties prenantes du monde entier, le Forum se construit autour de quatre objectifs majeurs : assurer la sécurité de l’eau pour tous, considérer l’eau comme un outil de développement et de prospérité, au cœur du développement durable, proposer la mise en œuvre de solutions concrètes. Organisé conjointement par le Conseil Mondial de l’Eau et la République de Corée avec la ville de Daegu et la province de Gyeongbuk, cet événement sera ponctué de nombreuses manifestations et événements afin de sensibiliser le plus grand nombre aux défis mondiaux de l’eau.
SUEZ ENVIRONNEMENT, AU CŒUR DE L’ÉVÉNEMENT
Acteur clé des métiers de l’eau et de l’assainissement, présent sur les cinq continents, SUEZ environnement est mobilisé dans la recherche de solutions innovantes, à tous les stades du cycle de l’eau. Pour le Groupe, imaginer ces solutions nouvelles et se concentrer sur les enjeux les plus pertinents implique de co-construire avec toutes les parties prenantes concernées : états, villes, industriels, société civile. C’est pourquoi il sera présent du 12 au 17 avril prochains au Forum Mondial de l’Eau qui représente une occasion unique de dialogue pour concevoir ensemble les solutions d’aujourd’hui et de demain, et enclencher une gestion radicalement différente de la ressource en eau.
En Afrique, les infrastructures d’eau font toujours cruellement défaut LIRE (Actualisation 18.04.)
17.04.2015 à 15:30 – Par Marie HEUCLIN à Paris avec Giles HEWITT à Daegu – AFP
Assurer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement est toujours un défi en Afrique, où de nombreux pays souffrent encore d’un manque d’infrastructures mais surtout de fonds pour les financer, selon des responsables du continent présents au Forum mondial de l’eau de Daegu, en Corée du Sud.
“L’Afrique a beaucoup d’eau mais pas d’eau à boire”, résume Mohamed El-Azizi, directeur eau et assainissement à la Banque africaine de développement.
Sur ce continent en forte croissance démographique et économique, 36% de la population n’avait pas accès à des sources d’eau de qualité fin 2012, selon le rapport 2015 de l’ONU sur l’eau.
Conséquence concrète, dans près de la moitié des foyers urbains et 90% des ménages ruraux, l’accès à l’eau est une contrainte dévolue à une personne du foyer.
Il faut se déplacer vers un puits ou une station de pompage, ou “acheter l’eau à des vendeurs de rue ou à une citerne mobile (…) qui font payer le prix qu’ils veulent”, regrette Tim Brewer, de l’ONG Water Aid.
Lors du marathon de Paris dimanche dernier, une Gambienne a pris le départ de la course avec un bidon sur la tête pour sensibiliser l’opinion aux kilomètres parcourus en Afrique pour chercher de l’eau.
“En Afrique, les femmes parcourent chaque jour cette distance pour de l’eau potable”, “aidez-nous à réduire la distance”, avait-elle écrit sur ses panonceaux.
La situation est encore pire pour l’assainissement avec 70% de la population sans accès à un système amélioré (chasse d’eau vers les égouts, fosse septique, latrine avec couvercle, etc).
Outre les dégâts sur l’environnement liés au rejet des eaux usées directement dans le milieu extérieur, cela pose des problèmes de santé considérables.
La Fondation Eau et assainissement pour l’Afrique (EAA) a évalué que 70% des lits d’hôpitaux sur le continent sont occupés par des personnes souffrant de maladies évitables liées à la qualité de l’eau.
Le manque d’accès à l’eau est une revendication majeure des populations, comme en Afrique du Sud, où la campagne électorale de 2014 a été émaillée de manifestations dans les bidonvilles, les habitants protestant notamment contre l’absence de distribution d’eau.
– 40 milliards de dollars par an –
Sur l’ensemble du continent, l’Agence de développement des entreprises en Afrique (Adea) estimait récemment à 40 milliards de dollars par an dans les prochaines années les investissements nécessaires dans le secteur de l’eau.
Et c’est là que le bât blesse, notamment en matière d’assainissement.
Les objectifs du millénaire pour 2015 (OMD) de l’ONU énoncés en 2000 fixaient une réduction de moitié des personnes n’ayant pas accès à l’assainissement de base.
“L’Afrique est très en retard. Pas plus de six pays atteindront leurs objectifs dans ce domaine à la fin de l’année et ce retard est lié à la lourdeur des investissements”, note le Sénégalais Mahmadou Dia, président d’Aquafed, la fédération internationale des opérateurs privés des services d’eau.
Le budget du seul projet de drainage pluvial de la ville de Yaoundé au Cameroun dépasse ainsi les 100 millions d’euros.
Les Etats n’ont le plus souvent pas les moyens d’investir eux-mêmes et les investisseurs privés sont réticents à le faire directement, sans le soutien et la garantie d’organisations multilatérales, comme la Banque mondiale ou des banques publiques de développement.
A Yaoundé l’Agence française de développement va ainsi participer au financement de plus de la moitié du projet sous la forme d’un prêt à l’Etat camerounais.
Mais une fois le projet réalisé, les problèmes ne sont pas terminés.
“Il ne s’agit pas seulement de financer la construction des infrastructures, mais aussi leur entretien”, avance Joséphine Baro Ouedraogo, directrice de l’assainissement au ministère de l’Eau burkinabé.
“Parfois, les financements décidés au niveau national, n’arrivent pas au niveau local (…). Il est important de vérifier que les ressources financières et les investissements atteignent les communautés locales”, insiste-t-elle.
© 2015 AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

=> DE+FR Rubrik ECOLOGY in Afrikanews Archiv No1 2010-2014, ~ 240 posts
=> => DE+FR Rubrik FRAUEN _ FEMMES in Afrikanews Archiv No1 2010-2014, ~ 260 posts

siabatou-sanneh-sur-le-marathon-de-paris-le-12-avril-2015
Siabatou Sanneh

Basketball: Mutombo in der "Hall of Fame" in USA – Gloire pour un Congolais

NBA: Mutombo im Jahr 2015 in der “Hall of Fame”
2015.07.04 13:00 – AFP
Der gebürtige Kongolese Dikembe Mutombo, der ehemalige Spieler von Denver, Atlanta und Houston, gehört zur Auswahl 2015 der “Hall of Fame” (Ruhmeshalle) der US-Baketballliga NBA, die die größten Herrlichkeiten des Basketball auszeichnet. Mutombo, jetzt im Alter von 48, wurde in seiner Karriere vier Mal zum besten Verteidiger der NBA gewählt und nahm acht Mal am All Star Game teil.
AUF DEUTSCH (VON MIR VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITERLESEN UNTER DEM FRZ. ORIGINAL

NBA: Mutombo dans la promotion 2015 du “Hall of Fame”
07.04.2015 à 13:00 – AFP
L’ancien joueur de Denver, Atlanta et Houston Dikembe Mutombo fait partie de la promotion 2015 du “Hall of Fame”, le temple de la renommée qui distingue les plus grandes gloires du basket-ball. Mutombo, aujourd’hui âgé de 48 ans, a été élu durant sa carrière meilleur défenseur de NBA à quatre reprises et a participé à huit reprises au All Star Game.

L'ex-arbitre NBA Dick Bavetta en compagnie de l'ex-pivot congolais Dikembe Mutombo membres de la pro
Der ehemalige NBA-Schiedsrichter Dick Bavetta in der Gesellschaft vom kongolesischen ehemaligen Basketballstar Dikembe Mutombo bei der Wahl 2015 für die NBA-Ruhmeshalle, 6. April 2015 in Indianapolis
L’ex-arbitre NBA Dick Bavetta en compagnie de l’ex-pivot congolais Dikembe Mutombo membres de la promotioon 2015 du Hall Of Fame, le 6 avril 2015 à Indianapolis
afp.com – Streeter Lecka

Continue reading Basketball: Mutombo in der "Hall of Fame" in USA – Gloire pour un Congolais

Tierschutz Kenia: Sport statt rituelle Löwenjagd für Massai – Au Kenya, des "Jeux Olympiques masaï" pour sauver les derniers lions

In Kenia “Olympiade der Massai”, um die letzten Löwen zu retten
Kimana (Kenia) (AFP) – 2014.12.13 17.11 Uhr – Von Nichole Sobecki
Sie sprangen in die Luft und schwangen ihre Speere: die kenianischen Löwenjäger konkurrierten am Samstag um Behendigkeit bei den “Masai Olympics”, die organisiert wurden, um diese gefährdeten Wildtiere zu retten und gesponsert waren vom 800m- Olympiasieger David Rudisha. Von Generation zu Generation hatten die Krieger des Massai Stammes in einem unveränderlichen Ritual des Übergangs zum Erwachsenenalter ihre Männlichkeit durch Tötung eines Löwens zu beweisen. Ein Umweltschützer-Kampagne versucht, sie davon zu überzeugen, die Jagd durch den Sport zu ersetzen.
Denn die Großkatzen werden in Kenia immer seltener, sind Opfer von Wilderei und Erschöpfung ihres Lebensraums, der durch Urbanisierung erodiert. Das Land hat nur noch 2000 Löwen, gegenüber 30.000 in den 1970er Jahren
.
AUF DEUTSCH (VON MIR VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITERLESEN UNTER DEN 3 FOTOS UNTER DEM FRZ. ORIGINAL

=> => SIEHE AUCH/ VOIR AUSSI Tierschutz: Massai-Krieger im Kricketturnier für Nashörner in KENYA – course contre la montre pour sauver les rhinocéros blancs HIER IM BLOG/ DANS CE BLOG

Au Kenya, des “Jeux Olympiques masaï” pour sauver les derniers lions
Kimana (Kenya) (AFP) – 13.12.2014 17:11 – Par Nichole SOBECKI
Bondissant dans les airs, brandissant leurs lances en guise de javelots, les chasseurs de lions du Kenya ont rivalisé d’adresse samedi lors de “Jeux Olympiques masaï” organisés pour sauver ces fauves menacés d’extinction et parrainés par le champion olympique du 800 m David Rudisha. De génération en génération, en un immuable rite de passage à l’âge adulte, les guerriers de la tribu masaï devaient prouver leur virilité en tuant un lion. Une campagne de défenseurs de l’environnement tente de les convaincre de remplacer la chasse par le sport.

Un concurrent massai
Ein Teilnehmer der “Olympiade der Massai” in Kimana in Kenia
Un concurrent des “Jeux Olympiques masaï”, à Kimana au Kenya le 13 décembre 2014
afp.com – Carl De Souza

Continue reading Tierschutz Kenia: Sport statt rituelle Löwenjagd für Massai – Au Kenya, des "Jeux Olympiques masaï" pour sauver les derniers lions